HISTOIRE

Avant d’être reconnue comme une des équipes LM P2 les plus professionnelles, l’écurie, s’est longtemps illustrée en monoplace.

Elle nait « Promacteme » en 1980 à Magny-Cours, sous l’impulsion de Serge Saulnier et se forge un sérieux palmarès en monoplace, notamment en Formule 3 en France et en Angleterre. Ce n’est qu’en 2006, alors « Saulnier Racing », qu’elle aborde sa première saison de sport-prototypes.

L’année suivante, Jacques Nicolet, dirigeant d’entreprises et gentleman driver, reprend l’écurie et lui donne une nouvelle dimension en endurance, discipline à laquelle il va désormais la dédier. Avec un but affirmé : gagner les 24 Heures du Mans. Depuis, l’équipe n’a cessé de se développer.

Premier pas

La nouvelle équipe Saulnier Racing remporte son premier podium en LM P2 avec une Courage-AER LC 75 à Valence, en Le Mans Series. Cette deuxième place vient compenser la déception de son abandon aux 24 Heures du Mans, tout près du but à quelques heures de l’arrivée.

Au bout d’un an de compétition seulement l’équipe inscrit son premier podium aux 24 Heures du Mans. Un trio de jeunes talents montants du sport automobile s’était vu confier une LM P2 Pescarolo-Judd et trois gentlemen drivers une LM P1 Pescarolo-Judd. Une double stratégie, bien dans l’esprit de l’endurance, dont l’équipe fera un peu sa marque de fabrique. Avec une moyenne d’âge de 24 ans c’est l’un des plus jeunes équipages de l’histoire des 24 Heures qui monte en 2008 sur la troisième marche du podium LM P2 et le premier pilote chinois.

Nouveau nom, nouvelle impulsion

Début 2009, Saulnier Racing devient OAK Racing. Oak, chêne en anglais : un symbole de solidité, de force et de longévité, caractéristique des qualités qu’exige l’Endurance.

Ce changement de nom coïncide avec une nouvelle stratégie. L’équipe se concentre sur la catégorie LM P2. Elle s’investit au niveau international et s’entoure de solides partenaires techniques, comme Mazda. OAK Racing Team Mazda France engage deux LM P2 Pescarolo-Mazda équipées de pneumatiques Dunlop en Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans. Elle participe aux deux épreuves de la nouvelle Asian Le Mans Series au Japon. A la fin de la saison, l’équipe totalise 6 podiums en 8 courses, dont un nouveau podium aux 24 Heures du Mans, pour les gentlemen drivers cette fois, ainsi que les deux victoires en Asian Le Mans Series.

En 2010, OAK Racing confirme ses liens avec le manufacturier de pneumatiques Dunlop et devient son écurie de développement LM 2. Elle continue le même programme sportif avec deux LM P2 Pescarolo-Judd et obtient 4 podiums en 5 courses. Elle aligne une deuxième place LM P2 aux 24 Heures du Mans, un troisième podium consécutif. Elle poursuit son développement international et remporte le titre en Intercontinental Le Mans Cup, l’ILMC, nouvelle série lancée par l’ACO qui deviendra quelques années plus tard le WEC.

Développement tous azimuts

OAK Racing prend une nouvelle direction en 2011. L’équipe quitte provisoirement les ateliers de Magny-Cours et s’installe au Mans, à quelques mètres du circuit. Elle repart également à l’assaut du LM P1. Trois châssis OAK-Pescarolo, deux LM P1 et une LM P2, participent à l’intégralité de l’ILMC. Ses sport-prototypes revêtent la mythique livrée de course bleue et orange de Gulf Oil International qu’elles garderont deux saisons. Pour les 24 Heures du Mans, un quatrième châssis, une LM P2, prend le départ. Après un début de saison difficile et particulièrement chargée, l’équipe voit son travail récompensé, avec notamment  la 3ème place au général derrière Audi et Peugeot aux 6 Heures de Silverstone et la 2ème place de la catégorie LM P2 en ILMC

En 2012, le Championnat du Monde FIA d’Endurance, le WEC, voit le jour et l’équipe continue sa progression sur le plan international. Elle fait rouler en LM P2 les nouveaux sport-prototypes produits par Onroak Automotive, des Morgan LM P2. Elle s’engage également en European Le Mans Series (ELMS).

Un début de saison difficile amène l’équipe à adopter le moteur Nissan

sur les Morgan LM P2, puis le moteur Honda Performance Development sur les OAK/Pescarolo LM P1 pour les deux manches asiatiques du WEC. En LM P2 elle réussit à remporter 6 podiums, dont une victoire en FIA WEC, et la deuxième place en ELMS.

Consécration

Vient 2013 et la consécration. L’équipe renoue brillamment avec les honneurs aux 24 Heures du Mans en signant un doublé avec la Morgan LM P2, motorisée par Nissan et toujours équipée de pneumatiques Dunlop. Elle décroche également les titres Equipes et Pilotes LM P2 en Championnat du Monde FIA d’Endurance et en Asian Le Mans Series.

Cette même année Jacques Nicolet veut rendre un hommage particulier à l’épreuve mancelle. Il explore les passerelles entre course, art et société et confie à Fernando Costa la réalisation d’une art car unique en son genre. Le sculpteur français habille une LM P2, forte de deux podiums aux 24 Heures du Mans, d’une robe de panneaux de signalisation, qui interprète le circuit sarthois. La sculpture est honorée du prestigieux label « Art Car des 90 ans des 24 Heures du Mans ».

Nouvelle ère

A l’issue de cette saison exceptionnelle, l’équipe sarthoise a acquis expérience, notoriété et reconnaissance. En 2014 elle ajoute une corde à son arc et devient équipe support, pour d’autres écuries, notamment GDrive Racing.

Elle multiplie par ailleurs, avec succès, ses propres participations dans plusieurs séries sur différents continents : WEC, Asian LMS et TUDOR United Sportscar Championship. Dans ce championnat américain, OAK Racing, seule équipe européenne engagée sur l’intégralité du championnat, se confronte aux Daytona Prototypes et signe pas moins de trois pole positions et quatre podiums dont une victoire. Elle décroche plusieurs podiums en WEC et s’offre également pour la deuxième année consécutive les titres Equipes et Pilotes en Asian Le Mans Series.

L’équipe ajoute en outre une nouvelle catégorie à son catalogue, le CN. Elle dispute le Challenge Endurance Proto V de V avec des Ligier JS 53 EVO qu’elle conduit jusqu’au podium Gentlemen Drivers à plusieurs reprises.

Cette diversification demande un renforcement de l’équipe et entraine un nouveau déploiement géographique. Une antenne à Magny-Cours se met en place pour se consacrer à la catégorie CN puis au LM P3.

L’équipe renouvelle en 2015 sa prestation « clé en mains » pour GDrive Racing, qui remporte le titre en Championnat du Monde.

OAK Racing de son côté fait rouler deux châssis aux 24 Heures du Mans, une JS P2 Honda contrainte à l’abandon une heure avant l’arrivée et une JS P2 Nissan dont les gentlemen drivers passent la ligne d’arrivée en 11ème position des LM P2.

En 2016 l’équipe continue ses prestations de service. C’est Extreme Speed Motorsports qui lui confie l’assistance technique et la logistique de ses deux Ligier JS P2, en Championnat du Monde et pour plusieurs courses américaines. ESM remporte les deux épreuves mythiques outre-Atlantique : les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring.

L’équipe mexicaine RGR a également recours aux services de OAK Racing. Elle est actuellement deuxième en LM P2 au Championnat du Monde.

Par ailleurs, OAK Racing engage deux LM P3, nouvelle catégorie créée par l’ACO, en European Le Mans Series pour deux équipages de gentlemen drivers. Les deux duos terminent toutes les courses et finissent 15ème et 19ème de cette catégorie.